Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La suette, nom féminin, (de suer), est un nom donné à plusieurs maladies caractérisées par l'abondance excessive des sueurs. La suette miliaire est une maladie infectieuse, épidémique, non contagieuse, semble-t-il, et qui est surtout caractérisée par deux symptômes : des sueurs abondantes à odeur spéciale qui accompagnent une température élevée et des troubles nerveux. Elle est endémique dans certaines régions de la France, depuis 1718.

Sous sa forme la plus bénigne, les symptômes précurseurs de cette maladie sont "un malaise vague accompagné d'inappétence et frissons irréguliers", de la fièvre, un terrible mal de tête, puis vers le troisième ou quatrième jour une éruption cutanée. Au bout de cinq à dix jours, une éruption caractérisée se montre, constituée par un érythème polymorphe avec miliaire, c'est-à-dire formé de vésicules transparentes de la grosseur d'un grain de millet entourée d'une auréole rosée. Le contenu de la vésicule peut être limpide, blanchâtre ou même purulent. On admet généralement que ces vésicules sont des kystes dus à la rétention de sueur. Elle se manifeste aussi par tous les signes généraux des infections. Elle dure de deux à trois semaines.

La suette est exclusivement rurale ; elle semble, en effet, frapper plus particulièrement les gens de la campagne. La mortalité y est très minime. Lorsque la maladie est grave (suette maligne), l'éruption ne se produit pas. Mais le mal peut aussi se présenter sous une forme plus maligne. Ses complications les plus habituelles sont l'angine, la bronchite, la broncho-pneumonie et l'entérite. Dans les cas les plus graves, le malade est sujet alors, surtout le soir ou la nuit, à des accès de fièvre tandis que des signes de congestion, " des grandes cavités " surtout cérébrales mais aussi de la poitrine ou plus rarement de l'abdomen, apparaissent.

La victime meurt souvent en quelques heures. Face à ce terrible mal, la médecine est quasi impuissante. " Du repos, à la diète, de l'air pur, quelques infusions de mauve ou de tilleul". Pour les cas plus graves, on emploie le sulfate de quinine ou le pyramidon contre la fièvre. Le traitement comporte également la diète lactée avec limonade citrique ou boissons vineuses légères, l'huile de ricin, ou les purgatifs énergiques contre la constipation, la balnéation froide contre le délire. Il convient de changer très souvent, au moins une ou deux fois par jour, les draps du lit du malade et éviter de trop le couvrir. Son origine et son mode de propagation restent inconnus .

Partager cette page

Repost 0