Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 16:56

RIVE DROITE

 

De l'avenue de Foix au château de Lamotte

 

 

L'AVENUE DE FOIX

 

Tarascon Avenue de Foix et CastellaLorsque l’on arrivait à Tarascon par l’ancienne nationale 20, tout au fond de l’avenue de Foix, le Castella semblait accueillir les voyageurs.

Comme son nom le laisse deviner, l’hôtel de la Poste est un ancien relais de poste. Au début du 20ème siècle, il mettait à la disposition de ses clients un garage aménagé pour les premières automobiles.

 

 

 

 

LA PLACE DE LA HALLE

 

place SamaritaineJusqu’à la récente construction de la voie rapide, l’avenue de Foix, ancien faubourg St-Jacques (l’abbaye de Boulbonne – 12ème siècles - possédait hors la porte une maison qui deviendra beaucoup plu tard l’hôpital St Jacques à l’emplacement de l’actuelle Mairie),  était l’artère principale de Tarascon. Bordée de nombreux commerces, elle aboutissait sur l’ancienne placette de Foix ou du lion d’or (fontaine avec 4 griffons représentant des têtes de lions) , située « hors la porte ». Deux de ces têtes de lions se trouvent, aujourd’hui, dans la fontaine située à l’angle de l’Esplanade de la Liberté et l’avenue François Laguerre. Cette place deviendra au 19ème siècle la place de la Halle et  aujourd’hui la  place Jean Jaurès.

 

Tarascon place de la HalleAu centre de la place de la halle, ou de la Samaritaine, s’élevait autrefois la fontaine Napoléon. En 1839 la ville décida d’ériger sur la colonne de la fontaine une statue en bois de l’empereur.

En 1849, le conseil de ville ayant  connaissance de son état vermoulu prit la délibération de la remplacer par une statue en fonte. Celle-ci trôna sur la colonne jusqu’en mars 1871 ou elle fut déposée et revendu à un ferrailleur à bas prix. Ppour la petite histoire la statue avait était amputée d’un bras  lors des événements de la Commune. Les révolutionnaires auraient associé l’image de l’Empereur des Français à celle de son neveu Napoléon III. Le 16 août 1877 la colonne accueillit une nouvelle statue : une samaritaine (le conseil était alors partagé entre la représentation de la Liberté ou de la France). En 1925 la fontaine fut démolie et la samaritaine rejoint la fontaine de l’actuelle place Garrigou.

La toiture en partie effondrée, la halle aux grains a été rasée en 1971 sur décision du conseil municipal de l’époque. Construite en 1885, elle symbolisait ce qui avait fait durant des siècles la prospérité de la ville : le commerce de la laine et du bétail.

 

LA RUE DE FOIX OU DU BARRI-CLOS

 

Tarascon Rue du Barry

Ne cherchez plus la porte de Foix, située à l’entrée de l’ancienne place forte, au bas de l’actuelle rue du Barri ou Barry, elle fut démolie en 1775 par ordre de l’ingénieur de la Province ainsi qu’une tour à horloge. Les pierres et matériaux furent transportées sur le rocher du Castella et servirent à édifier la tour ronde et à restaurer la porte d’Espagne. Quant à la rue de Foix, elle était ainsi appelée parce qu’elle conduisait jadis à la porte de même nom.

Curieux « barri » qui était au Moyen Âge le quartier extérieur, en dehors des murs de l’enceinte primitive, et ou s’entassaient les petits marchands et les gens de pauvre condition. Au passage, la fontaine du Morou vous racontera, les destructions de la ville. Et tout en haut la porte de la Leude s’ouvrira sur le quartier aristocratique et vous livrera le cœur millénaire de la Cité.

 

LA RUE DES ESCOUSSIERES 

 

Tarascon pont et quai Armand Sylvestre

La rue qui se trouvait à droite et à gauche de la porte de Foix s’appelait la rue des Escoussieres (de coursières. c'était au Moyen-Âge des ruelles situées entre les fortifications et la première rangée de maisons à l'intérieur de la ville), laquelle devenait un peu plus loin la rue des Cussols, l'actuel quai Armand sylvestre, qui longeait l’Ariège. Cette rue des Cussols offrait ceci de particulier que pour atteindre la rue du Pont  on était obligé de passer sous des maisons qui étaient appuyées sur la muraille (murs de ville) qui joint la rivière.

 

 

LA RUE DU PONT VIEUX

 

poterne escalier de ravitaillement (1)Au bout de la rue qui s’abaissait graduellement, un pont en bois et à péage d’une grande importance permettait la traversée de l’Ariège en direction de la rue Ste-Quitterie. Des berges en pente douce et des jardins bordaient la rivière… C’est seulement en 1830 que l’on construisit le nouveau pont de pierre et les deux quais.

Voir la poterne du chemin de ronde (escalier de ravitaillement), qui donne l’assaut au rocher du Castella. Il fut utilisé dans la nuit du 9 juin 1569 par les troupes catholiques pour reprendre possession du château et la ville dont les protestants s’étaient emparés un an auparavant.

 

 

 

 

 

 

LA BORNE FONTAINE DU MORON

  

Tarascon fontaine du MorouLa fontaine du Moron (ou Mourou) est la dernière fontaine à bec à jet continu de la ville. En 1640, elle fut la cause que presque tout le Barry-Clos fut réduit en cendres, par suite d’un incendie très violent qui éclata dans la nuit du 22 au 23 juin au centre de ce quartier . Le fontenier était absent et on ne put ouvrir à temps l’eau qui aurait pu juguler le sinistre. Certains plaisantins à l’esprit macabre affirmèrent : « ...qu’ils ne virent jamais feu aussi gigantesque et spectacle aussi grandiose… et que pour une fois, le Diable devait être content d’avoir pu le soir de la saint jean sauter par dessus un feu digne de lui... ».

 

 

LA FONT DU SAUT

  Tarascon Fontaine du Saut

En haut de la rue du Barri Clos , à l’intersection de trois ruelles se tapit dans une alcôve la fontaine du Saut. D’après l’hydrologue Félix Garrigou cette eau était bénéfique pour le goitre. Certains pensent que se situait à cet endroit le centre d’un oppidum romain. A ce jour  deux becs rouillés, ne demandent qu’a verser dans le bac sec une hypothétique arrivée d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA RUE ET LA PORTE DE LA LEUDE

  

Tarascon Porte de la LeudeCette porte dite de la Leude (ou du Saut), leude signifiant taxe sur les marchandises, se situe au-dessus de la font du Saut. La leude, qui dépend du comte de Foix, rapporte plus de 100 sous toulza en 1262.

Autrefois cette porte faisait corps avec la première enceinte villageoise. Elle était donc l’entrée Nord de la ville avant la création de la porte de Foix (début 13ème siècle), au cours de l’enceinte de réunification avec le barri, futur Barri-Clos.

Tarascon ND de la Suette porte de la leude (1)

 

 

Côté Sud, au-dessus de la porte dans une niche, on trouve une représentation de ND de la Suette. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA RUE DE NAUGE

 

Cette rue, proche du coeur historique, se trouvait à droite de la porte de La Caussade et elle revenait vers la place au niveau l'ancienne fontaine de Naugé, aujourd'hui disparue. Elle porte depuis la création du cadastre Napoléonien (1830) le nom de rue des Chapelliers. Aujourd'hui, suite à cette erreur, la rue Naugé remplace l'ancienne rue de la Leude au départ de la porte du même nom. Au cours de la visite, découvrons, d'un coup d’œil furtif, le mystère des caves et le plein-cintre des rez-de-chaussée. Ce style nouveau fut imposé aux boutiques après le terrible incendie de 1701 qui dévora, en une nuit, 86 maisons à pans de bois.

 

 

LA RUE DE LA TOUR

 

Tarascon poterne du Castella dans la montée 3 copieA l’angle presque de la place, vous prenez à droite la rue de la Tour, dont la courbe savante et les larges escaliers vous mènent à la petite poterne du château. Sitôt franchie, l’enceinte de ce qui fut la forteresse, vous débouchez sur le rocher en plein ciel, attiré par une tour ronde. Vous voici maintenant au-dessus de la ville, face à ce grand et merveilleux décor tarasconnais.

A vos pieds, l'ancien castrum accroché à son verrou glaciaire, s’épanche jusqu’à l’Ariège, saute sur la rive gauche, comprime un moment ses maisons, les étales à la fin d’heureuse manière dans le quartier st-Roch et la nouvelle cité Péchiney. De nouveaux axes apparaissent, s’étirent, s’étoffent : route de Foix, route de Saurat, ancienne route d’Ussat. Le collège, la gendarmerie, la nouvelle percée de la RN 20…

 

 

 

 

LA TOUR DU  CASTELLA

 

tour du castellaDu château comtal, mentionné pour la première fois en 1192, il ne reste que des écrits et d'infimes ruines. Elles sont, cependant, suffisamment impressionnantes pour avoir une idée de la puissance de la ville à cette époque. Tarascon était au Moyen Âge, le centre d’une châtellenie, vassale des comtes de Foix. Le châtelain et le bayle agissant au nom du dit comte. Très tôt, vers la fin du 12ème siècle, la puissance seigneuriale est dévolue à la ville et à ses quatre consuls par l'octroi d'un importante charte de coutumes. Le château possède alors une garnison et un gouverneur. Ce château tenait tout le haut des rochers, sur 120 mètres de longueur. Un comte de Foix va y célébrer son mariage, un autre va y mourir. Il sera pris et repris pendant les terribles guerres de Religion qui ravagent le pays.

Au Moyen Âge existait une tour carrée, le donjon castral,  bien plus à l’aplomb du vide que la tour ronde actuelle qui dominait la ville, l’Ariège et son confluent avec le Vicdessos. Au 17ème siècle, Louis XIII, poursuivant son œuvre de réunification nationale, décide de faire démolir la plupart des citadelles du midi. Le château féodal de Tarascon n’échappera pas à cette ordonnance du 8 novembre 1632. Il sera détruit « rez-terre » aux frais de la ville en 1633.

Toujours est-il que la démolition du château eut des conséquences déplorables sur la vie de la cité, ainsi qu’en font  foi les chroniques du temps : «...sa suppression se fit vite sentir : voleurs et bandouliers augmentèrent dans des proportions inquiétantes, il ne se passait pas un jour qu’un délit ne soit commis...».

 

La tour ronde de l’horloge, le Castella, symbole de la ville contemporaine, fut érigée en 1775, comme en témoigne la clé de voûte, sur le rocher autrefois fortifié, à l’emplacement de l’ancien donjon médiéval. Pour cela on va utiliser les matériaux provenant de la démolition de la tour et de la  porte de Foix située au bas de la rue du Barry.

 

Copie--blason-castella.jpgIl en est de même du blason au-dessus de la porte. Celui-ci représente les armoiries de Roger Bernard III (comte de Foix 1265-1302). Mais il est très détérioré, voir peut être vandalisé : « écartelé au 1et 4, d’or, à trois pals de gueules qui est de Foix ; et au 2 et 3 d’or, à deux vaches posées l’une au-dessus de l’autre, la tête tournée vers la gauche qui est du Béarn ». Cette tour, avant de servir de support à l’horloge, servi de « cul de basse fosse ». En effet elle était l’une des prisons mise à disposition des consuls tarasconnais avant la mise en service d’une de ses consœurs dans la nouvelle gendarmerie.

Pendant les guerres de Religion, le rocher du Castella a été le théâtre  d’un drame épouvantable. Le 22 septembre 1568, le sieur Jean-Claude d’Audou, à la tête d’une troupe de protestants, s ‘empara du château et égorgea ses occupants. Le curé Jean Baron, recteur d’Ornolac, refusant d’abjurer la religion catholique, fut jeté du haut du rocher dans un gouffre de l’Ariège.

L’année suivante, dans la nuit de 9 juin 1569, sous le commandement du sire de Montgascon, chevalier de Lapujade, et en représailles du crime sur le curé Baron, les catholiques précipitèrent 66 huguenots dans le gouffre de la Mayré du haut des remparts.

Certains pensent toujours à une possible liaison entre la grotte du gouffre de la mayré et le Castella. Le spéléo club du Haut Sabarthès après exploration réfute cette idée.

La tour possède trois cadrans et si on regarde de plus près on remarquera qu’ils sont tous les trois différents par leurs jeux d’aiguilles.

 

LE CHÂTEAU DE LAMOTTE

 

Tarascon le vieux château de LamotheC’est une ancienne demeure noble, au sein de l’enceinte fortifiée, ayant appartenu à la famille de Miglos, avant d’être acheté par les consuls de Tarascon en 1601. Elle  sera en partie démolie en 1633 sous l’ordre de Richelieu.

En 1578 lors du passage à Tarascon, du roi Henri III de Navarre (futur Henri IV roi de France), c’est dans ce même château qu’il sera accueillit et convié à une collation, avant d’aller découvrir la grotte de Lombrives. Ceci nous fait écrire que le dit château Lamotte devait être plus confortable et en meilleur état que le vieux château comtal.

  Tarascon Château Lamothe vue depuis la rivière

Mais c’est certainement  depuis la rive gauche de l’Ariège que l’on apprécie l’admirable perspective du Castella et l’audacieuse découpe des vestiges du château Lamotte. A la pointe des rochers, ils surplombent les jardins ouvriers que la commune laisse exploiter librement.

 

 

LA  VISITE  CONTINUE  DANS LE PROCHAIN  ARTICLE !

 

 

Crédit photo et cartes postales : Robert-Félix Vicente

Partager cet article

Repost 0

commentaires