Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 09:24

Murailles et fortifications Tarascon Ariege 028

 

 

 

Les remparts de la ville construits au 12ème et 13ème siècles étaient entourés de fossés situés sur l'emplacement des boulevards actuels et d'un chemin de ronde appelé Escoussière. Et il semble que la ville et son barri clos étaient percés de cinq portes à la fin du 14ème siècle :

La porte du Mazel Viel au sud et la porte de la Leude au nord de l’enceinte primitive.
Augmenté de la porte de Foix au nord, de la porte du Foiral au centre est enfin, de la porte du grand pont à l’ouest.

 

Depuis fort longtemps la ville ne se distingue plus par ses murailles, mais par ses réseaux (route, rues, eau, gaz, électricité, télécommunications). Son sens de l'ouverture, sa confiance dans l'avenir s'expriment d'abord par les promenades, les bâtiments officiels et les nouvelles habitations établies sur le site des anciennes fortifications.

Une fois les murailles abattues, la zone qu'elles protégeaient devenait la "vieille ville". L'extension de la localité se faisait aux abords des faubourgs et le long des principales voies d'accès.

 

Les riches compoix * de Tarascon de 1649,1651 et le « nouveau livre cadastre » de 1746, mentionnent la rue de la coutsière, aussi orthographiée « la coutcière, la coupciere, la coursière, las escoussières, las escouxieres », las escorsieras en occitan (du latin : excursare, patrouiller),  qui intra muros longeait l’ancien rempart, lui-même mentionné comme « la muraille de la ville ou la baille ».

 

Cette ruelle, était aménagée entre la muraille et la première rangée de maisons à l’intérieur de la ville : « héritiers Arnaud Latrille tiennent maison, teinturerie et jardin au dernier à la rue de la Caussade confront de levant et aquilon la Coutsiere de la ville et la dite porte de la Caussade, midi Jean Bouffartigues et couchant ladite rue … ».

 

 « Jean Gaiilhard, prêtre et docteur en sainte théologie et recteur de la ville de Tarascon, tient une maison presbiteralle dite la crastre avec son jardin au dernier, confront de levant la Coutsiere, midi le cimetière de l’église St-Michel, couchant la rue publique… ». 

 

Et « Raymond Rolland, notaire ; tient maison, patti et jardin à la coutsiere tirant au Castella, confronte du levant la dite rue, midi un patti ou vacant appartenant à la ville, couchant la murailhe de la ville et le rocher du Castella, et aquilon autre patti appartenant à la dite ville et Jean-Paul Cancel, contenant la maison 45 cannes, patti 6 cannes et le jardin 40 cannes… ». AD09_8 J 44 (1651)

 

Sur lequel terrain ou chemin le public passait pour aboutir au foirail et autres rues de la ville : « Messidor An IV, la Nation vend au citoyen Marc Sellier un loupin de terre dit escoussieres de 1 mètre de large par 9 mètre de long, contigu a la maison de l’acquéreur  appartenant à la république… chemin des Escoussières ou des remparts qui est entre la maison ou jardin de Gaubert et le mur de ville, aboutissant à la montée du foirail appelée  las Escoussieres….».(AD09_5 K 188)

 

Si on découvre que ce chemin était fort étroit – 1 mètre – il était aussi parfois couvert. On constate que des maisons sont en appui sur le mur de ville: « Le sieur Jean Vergé, bourgeois ; possède maison, petite basse cour et tinal ou décharge séparée par une rue qui donne communication à la dite décharge au barri clos et devant la fontaine du Morou, le tout confronte du levant las Escouxieres et le mur de la ville ou la maison est appuyée, Midi le sieur Paul Vic marchand, couchant la rue publique ou est la fontaine et le sieur Joseph Lauriol, septentrion la dite rue de la Escouxieres et Jean Fauré Valentin, contient la maison 71 canne 2 tiers, le tinal ou décharge 22 cannes 1 quart… ».

 

« François DAX, bridier ; possède maison et chambre appuyée sur les murs de la ville et à la rue de las Escouxieres passe par le dessous la chambre à la rue de Foix, confronte du levant les Escouxieres, Midi le sieur François PILHES vieux, couchant la rue de Foix, septentrion les Escouxieres et les murs de la ville, contient 27,5 cannes… ». AD09_135 EDT CC3 (1746)

 

Jadis important au regard des défenses de la ville, une partie de ce cheminement réapparaît aujourd’hui avec la destruction d’un ancien bâtiment (garage du Francal) situé au cœur de la rue du  pont. Parfois appelée « chemin de ravitaillement », cette montade abrupte vers le Castella, si caractéristique par ses marches creusées dans la roche, est un témoignage de l’ancien « carrerot de las escoussieres ». Au départ de la rue du pont entre deux maisons, cette passade ou ruelle permettait autrefois de contourner les rochers du château et parvenir à la rue La Caussade.

 

Murailles et fortifications Tarascon Ariege 030Au pied de la silhouette caractéristique du Castella, qui sert d’emblème depuis très longtemps au tarasconnais, un intérêt se dessine pour la conservation de ces vestiges au titre du patrimoine historique.  

 

 

* Les compoix : sont des cadastres (sans plan) de l’Ancien Régime d’une valeur inestimable. Ils sont constitués afin de répartir la taille entre les différents membres de la communauté au prorata de leurs biens.

 

 

 

 

plaque de rue

Partager cet article

Repost 0

commentaires