Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 09:23

Cartulaire-de-Tarascon-par-Deguilhem-et-Prevos-t--1668--2-.jpg

 

1301              

Le comte Roger Bernard confirme les donations faite par lui aux dits consuls de Tarascon dont celle du  champ de la foire  pour la somme de 30 livres.

Ø ce dont entraîna certainement la construction d’une troisième porte  dite « porte du foirail » sans doute à l’emplacement de l’actuelle porte «  la Caussade ».

                       ( cart. Tarascon  N° 23 )

 

Guillaume Bayard est notaire du Sabartés et châtelain de Tarascon.

                       (AD09 – E 87, f° 20 r-v)

 

1302              

4 février, approbation faite par le chapelain de Bédeilhac Guillaume Arrufat  et Pierre son frère de la donation faite par Roger Bernard , aux consuls de Tarascon du champ de foire avec toutes ses dépendances.

                       ( Tour Ronde. XXVIII, 35 et cart. Tarascon n° 23 )

     

                       

3 mars , Pierre Autier aurait ‘’consolé’’ à sa mort le comte Roger Bernard III , dans la foi et l’église cathare, dans une salle du château de Tarascon, grâce à l’entremise du châtelain Guillaume Bayard.

                       ( Jacques Fournier II. 427  et J.F pag. 585 ° et HGL, to IV, p.108)

¤ Guillaume Bayard  était très proche du comte de Foix.  Il allait devenir régent officieux du comté de Foix aux côtés de Marguerite de Béarn.

                       ( Geoffroi D’Ablis  F° 1 v° )

 

19 septembre,  la communauté de Miglos soutenait un important procès contre les seigneurs de Château Verdun. Le litige fut porté devant Guilhem Arnaud de Ponte, juge mage du comté de Foix. Celui-ci commit Guillaume Tron de Tarascon et Pierre Johen, notaires pour procéder à une enquête.

Parmi les témoins on trouve: Guillaume de Perles, Raimond Taus et Barthélémy de Namoreto, tous de Tarascon.  

                            ( AD09 - E 88 et E 87, f° 49 - 62 r° )

 

1304              

15 juin,  le sénéchal du comté de Foix, Raimond de Durfort, confirme au nom du comte, les franchises accordés à la ville en 1300. (Acte retenu par le notaire Amélius Rubey de Foix)

                       ( H.G.L, to VIII, acte 198, col 692 - 693  et cart . Tarascon n°22 )

 

Acte qui défend de vendre ou d’acheter des marchandises ‘’hors des clausures de la ville’’ sous peine de dix marcs d’argent d’amende et de la confiscation des dites marchandises.      

                       ( Cart. .Tarascon  n°73 et AD 64  )

 

17 juillet, acte portant défense d’apporter du vin étranger dans la ville pendant l’espace de deux mois, autre que celui récolté dans le vignoble de la communauté . Et ne pouvoir acheter de la vendange  pour revendre le vin pendant les deux mois de défense.                    

                        ( Cart. Taras  n° 47 et AD 64 )

 

1305              

Le consulat de Tarascon était devenu , le rendez vous des faux monnayeurs de la contrée. Trois habitants de Tarascon, Guilhaumette Du Sol, Raimond Du Sol et Raimond Dominique, furent poursuivis pour fabrication et mise en circulation de fausse monnaie.

( le juge du comté instruisit deux ou trois années plus tard contre Pierre Corvy, Raimond Martin et Guillaume Amiel dit Mercier, marchands, tous de Tarascon et accusés d’émission de fausses pièces).

                        ( Tour Ronde VIII, 19-21  et cart. Boulbonne p.147-148  et H.G.L  t°4 p.116  )      

 

6 des calendes de juin, une transaction, entre la communauté de Miglos et le seigneur de Château Verdun, concernant une redevance en fromages pour les droits d’usages, fut passée à Tarascon en présence de Jourdain de Rabonit, damoiseau, Arnaud de Celles, clerc (consul de Tarascon en 1308 ), Guillaume de Perles et Guillaume Bayard de Tarascon, notaire du Sabartés .       

                       (AD09 - E 87 (cart de Miglos), f° 4 r° - 5 v° )

 

 7 des ides de juin, Gaston, comte de Foix, co-seigneur de Château-verdun, ratifia aussi, à Tarascon, les mêmes privilèges, comme seigneur et suzerain, en présence de Sicard de lordat, Bernard de Junac, Arnaud Sicard et Guillaume Bayard, notaire du Sabartés.

                        (AD09 - E 87 (cart de Miglos), f° 6 et 71 )

 

 

Septembre, le sénéchal de Carcassonne, voulant prélever l’impôt ( cinquantième ) que le roi de France, levait pour subvenir aux frais de la guerre des Flandres; Foix, Varilhes et Tarascon  ferment leurs portes et tendent des chaînes de fer à tous  leur accès.

(Le sénéchal condamna la ville de Tarascon à 500 livres tournois. Les consuls relevèrent appel de cette sentence auprès du roi).

                         ( H.G.L t°4, p.132-133 ; collection de Doat, ville de Foix, t° 96 et cart. Boulb , 164 )

 

 

 

1307              

Le comte de Foix établit trois dépôts de ‘’sel de Cardonne (en Aragon),  à Foix, Ax et à Tarascon, avec défense d’aller s’approvisionner ailleurs sous peine de 60 sous d’amende.

                       (H.G.L  t° IX, p.151 et Cart. Boulb. ,163) )

 

Procédure , faite par le juge  du comté de Foix, contre Pierre Corbi de Tarascon accusé d’acheter de la fausse monnaie et la donner pour bonne dans le public.

                     (TR . VIII, 19)

 

Procédure contre Guillaume Amiel dit  Mercier marchand de Tarascon et Raimond Martin boucher de Tarascon prévenus d’acheter de la fausse monnaie et de la distribuer.

                      (TR. VIII,20)

 

Vers 1307, Pierre Autier, dressait la liste des notables du Sabartés qui avaient adhéré à la foi cathare. Il disait qu’il comptait parmi ses croyants Guillaume Bayard et sa famille, Raimonde de Luzenac et ses fils les De Rodes de Tarascon, Pons Arnaud de Château Verdun, Philippe de Larnat et sa famille, un membre de la famille de Niaux de Tarascon, la maison du seigneur de Junac et même le comte de Foix.

( Ce récit est rapporté par Sibille Peyre, fille d’une famille de Larnat )

                         ( J. Fournier pp.579-585 )

 

1308              

4° des Ides de décembre, Gaston 1er , Comte de Foix , donne en bail pour 100 livres tournois de monnaie royale en argent, à Arnaud de Celles, Pierre Corni et Pons de Pierre, consuls de la ville de Tarascon , le " moulin de Quier avec les payxères, acqueduc et moulsture de tout le domaine de Quié ", savoir de tous les habitants dans la ville de Quié et domaine du Pas  del teil ou Sanscani jusques à Corbeja, item avec la molture de tous les habitants de Lujat, d’Ussat et de Perles.

                        

Item donne l’exercice , le pouvoir de construire  et faire des moulins rodiers ou cordeilhers par toute la rivière du fleuve de l’Ariège et rivière de Sos du pont d’Allat jusqu’au pas du Saut (del teil) et du pas de Sanscani, jusq’a Corbeja avec les payxères et autres choses nécessaires.

( le dit comte se réservant le tiers de la mouture. Les deux autres tiers vont à Pierre Arnaud de Château Verdun Chevalier et sénéchal du comte de Foix et aux consuls pour la communauté de Tarascon )

 Ø cet acte fut reçu par Guillaume Bayard, notaire public du Sabartés.

 Ø Le moulin de Quier devait certainement être le moulin du bout du pont , rive gauche du Vicdessos, dans le faubourg Sainte-Quitterie.

                       ( Transcription dans  AD09 - 102 S 252  et Cart. Tarascon  n° 27 )

 

7 des ides de juin, Guillaume Bayard, notaire de Tarascon, en présence d’Arnaud Cicredi (Sicre), reçoit l’acte d’approbation donnée par le Comte de Foix à la sentence rendue en 1305 par Raimond de Celles et Bernard de Junac.
                        ( AD09 - E 87 f° 64 r – 64 v)

 

Arnaud Cicredi ( Sicre ), est châtelain de Tarascon. En 1311, il devint procurateur et trésorier du comte de Foix, fonctions qui faisaient de lui un haut fonctionnaire du comté de Foix comme pouvait l’être un sénéchal ou un juge.

                          ( J. Fournier  t° 1, p.820  et Cart. Boulbonne , 50 )

 

19 juillet, Raimond de Béarn, sénéchal du Comté, transmit par l’intermédiaire du châtelain de Tarascon, Arnaud Sicre, une ordonnance aux co-seigneurs de Château Verdun en vertu de laquelle, il leur enjoint de restituer sur le champ aux hommes de Miglos, les bestiaux qu’ils retenaient injustement depuis longtemps.        Ø Raimond Fabre, notaire de Tarascon retint l’acte.

                         ( Cart. de Miglos p. 12 et 69 )

 

Geoffroy d’Ablis, inquisiteur de Carcassonne, déclenche l’expédition de Montaillou et les interrogatoires de plusieurs notables de la vallée.

Ø Arnaud Cicredi, contribua à l’arrestation des gens de Montaillou.

                        ( J. Fournier  pp. 479 et 481 )

 

Juillet et août 1308, Blanche de Rodes fut détenue à la prison de Foix avant d’être interrogée par Jean de Faugoux à Carcassonne.

                       ( G. D’Ablis   p. 233 )

                       

Pierre Arnaud de Château Verdun, sénéchal du comte de Foix, assista aux dépositions de Géraud  et de Guillaume de Rodes devant Geoffroy d’Ablis.

                       ( G. A, pp 134 – 157 et  A.P.G , pp.107,159;329 )

                       

Guillaume Bayard, dépose devant l’inquisition. Tout comme un grand nombre de gens du Sabartés: Géraud et Guillaume de Rodes; Blanche de Rodes, femme de Guillaume; Arnaud Piquier; Pierre de Gaillac; Alamande de Vicdessos....

 

Veille de la Saint-Mathieu, lettre au Bayle de Tarascon, par Raymond de Béarn, ‘’domicellus’’ sénéchal du Comte de Foix, de rendre au monastère de Boulbonne une brebis que les pontonniers, du pont de Tarascon avaient saisie au préjudice des privilèges accordées par le Comte de Foix à l’abbaye en 1198 et 1241.

                         ( Doat . vol 5, f° 314 v° )

 

29 novembre, le sénéchal de Carcassonne, accorda satisfaction aux deux consulats (tarascon et Foix), de ne payer qu’une simple amende de 600 livres tournois, concernant l’affaire du cinquantième de flandres.         

                       (Cl. Pailhès, in Histoire de Foix et Haute Ariège, p.56)

 

1309              

3 août, les fabriciens, Raimond de Tressen et Pierre de Na Milglosio, passèrent à Arquizat, avec Arnaud de Savignan junior, maître maçon de Tarascon, en présence de Guilhem Mercier de Tarascon , un contrat pour l’agrandissement de l’église de Miglos.

 Ø cet acte fut retenu par Raimond Fabre de Tarascon, notaire du comté de Foix. ( A la même période un autre Raimond Fabre  devait être parfait cathare )

                       ( AD09 - E 87, f° 29 r° - 30 v°  et  Barriere Flavy in ‘’Baronnie de Miglos, 1894, pp 163 - 165 )

 

Pierre de Gaillac, notaire de Tarascon, accusé d’hérésie, déposa devant Geoffroy d’Ablis en 1308 et 1309. Il fut aussi mêlé  à une affaire de faux témoignage devant l’inquisition, contre Guillaume Tron, notaire de Tarascon son  confrère.

                      ( BN. Ms lat. 4269 )

 

1310              

11 octobre, Gaston, comte de Foix, donne à André d’Anhaux ( de Niaux ), habitant de Tarascon ;  la neuvième partie des moulins, que ledit comte à fait construire sur l’Oriège (l’Ariège ), prés de Tarascon et sur l’eau appelé le ‘’Sos’’ aussi prés du dit Tarascon, dont l’un est appelé ‘’moulin neuf de Tarascon et l’autre moulin de Quier’’ en récompense du dommage qu’il à causé par là au dit de Niaux , en son moulin appelé ‘’moulineau ‘’sur l’Oriège prés de Tarascon dont la troisième partie lui appartient .

                      ( Tour Ronde , XXI . 199 ; Cart. Boulbonne , 77et 126 ;  cart. Tarascon n° 27 et BM Toulouse,
                        ms 638 f°77 )

 

1311               

17 des calendes de janvier,  lettre du Comte de Foix portant que la circulation du Sel venant du Pallars est libre, malgré la présence d’une saline à Ax .

Les témoins de cet acte sont Raimond Mercier et Guillem Traversier sergents de Tarascon.

Ø le Bayle de la vallée de Vicdessos est Bienquier de Anhaus, de Tarascon

                        ( AD09 - E 95, f° 10 r° - 10 v° )

 

28 novembre, accord , qui eut lieu à Pamiers, pour le paiement de la Dîme entre l’évêque de Pamiers, l’abbé de Saint Volusien de Foix, les curés de l’archiprêtré du Sabartés  d’une part, et les communautés du Pays de l’autre.

                           ( Coll. De Doat, vol 96, f° 333 r° - 342 v° , abbaye de Saint-Volusien et Gallia Christiana,
                               t° 13, p.182 )

 

              

1312              

2 des ides de septembre, Bernard de Son, seigneur de Miglos, exempte les habitants de la vallée de Miglos, du droit de leude ou péage, qu’ils payaient pour les bestiaux et le bois vendu dans les limites de la vallée.

Ø à cet acte d’affranchissement furent témoins maître Arnaud Sicre, notaire de Tarascon et Bernard Traversier de Tarascon, notaire public de la vallée de sos et du Comté.

                          (AD09 – E 87, f°13,  66 r° - 68 v° et 177-179  )

 

1313              

11 février,  Confirmation de l’exemption du droit de Leude, concernant les habitants de Pamiers ; dont lecture fut donnée dans la ville de Tarascon qui avait porté réclamation.

 

 18 février, arrentement consenti par Gaston Comte de Foix à Raimond Isalguier, habitant de Toulouse, des rentes de la Baylie de Tarascon pour le terme d’un an, moyennant 140 livres tournois. 

                        ( Tour Ronde, caisse 17, n° 4 page 241 v° )

 

1er  juillet, Bail à fief consenti par Guilhaume Courtete de Fanjeaux, procureur du comte de Foix, à André de Niaux de Tarascon , de tous les droits seigneuriaux  que le dit comte Gaston exerçait  sur les moulins de Tarascon et de Quier, sous la censive ou pension  de 19 setiers de blé, mesure de Tarascon, moitié de froment et moitié d’avoine.

                            ( Tour Ronde . XXVII, 32p. 366; 385 et 386, AD64 - E 391, f° 52v°  et  Cart. Boulbonne , 129 )

 

1314              

Acte qui porte que les consuls de Tarascon, pourront empêcher aux étrangers de porter de la vendange ou du vin dans la ville, pendant deux mois de l’année, et au cas d’infraction il est permis aux dits consuls de ‘’couper les bassins ‘’ ( tonneaux ) et détruire la vendange.

                             ( cart. Tarascon  n°45 )

 

le 30 juillet 1314,   l’abbé de Foix, archiprêtre du Sabartés et procureur  du comte, Gaudfred de Crudilis, engagea pour deux ans en faveur du comte, à Raimond Izalguier de Toulouse ( autre fois banquier des frères Autier ) , les rentes et revenues des baillies d’Ax, Mérens, Labastide de Sérou et Tarascon, pour 3000 livres tournois.

                         ( cart. Boulbonne , 118  et Tour Ronde, caisse 17, n° 25, page 242)

 

1315              

A la mort de Gaston, successeur de Roger Bernard III, son fils Gaston III, n’étant âgé que de 7 ans, le comté fut gouverné par une régence. C’est Marguerite, la comtesse douairière qui fut à la tête du comté, jusqu’à sa mort en 1319 .

 

1316              

10 Septembre,   Mort de l’inquisiteur Geoffroy d’Ablis.

 

Entre 1318 - 1325,   

Jacques Fournier extirpe les dernières racines du catharisme urbain à Ax, Pamiers  et Tarascon.

 

1319             

Jacques de Quié, était qualifié en 1319, de ‘’seigneur d’Alliat, Génat, Laburat, Quier, Tarascon et anhaus’’.

                      ( E.. Laffont  pp.49-50, 270 )

 

1320              

Maître Arnaud Tolus , tenait les écoles de Tarascon d’ou sortent les artisans, les fils de famille ; d’abord confié à un curé, vont ensuite à l’université de Pamiers et de Toulouse.

                       ( Duvernoy, déposition de Arnaud de Savinhan, page 201 )

 

09 Mai, Jacques Fournier, évêque de Pamiers depuis 1317, en déplacement à Tarascon mande à se présenter devant lui Arnaud de Savinhan de Tarascon accusé d’hérésie. La rencontre se passe dans la maison de Arnaud de Niaux, qui se trouvait dans le château de Tarascon.

                        ( Molinier, Tribunal  inquisition, page 148 ; A.D.A 8° 271 )

 

06 Août à Tarascon,  Guillaume Gauthier, notaire de Tarascon, consigne l’acte de désignation d’arbitres en vue de régler le contentieux opposant Raymond Ortal et Guillaume Radulphe de Sos, procureurs des hommes de la vallée de Sos, lequel contentieux concerne la fixation du montant de l’impôt.

                         Furent présent et témoins, Guillem Tibaud, Pierre Gozin et Raimond Pons de Tarascon.

                        ( AD09 -  E 95, f° 21 r° - 21 v° )

 

Guillaume  Gautier juriste, avait été désigné, ainsi que Guillaume Tron notaire, comme co- arbitres, sous la présidence de Guillaume Arnaud de Château Verdun dans le litige opposant Bernard de Son à la commune de Miglos.   On trouve comme témoins un certain Bernard Mercier de Tarascon.  ( Guillaume Tron , Guillaume Gauthier  et Bérenger Gasc sont tout trois notaires de Tarascon ).

                        ( AD09 -  E 87, f° 28 r° - 29 v° et Duvernoy  p. 195 - Jacqueline d’En carrot )

 

1321              

05 Août, procuration donnée aux quatre consuls de Tarascon, et à deux jurisconsultes réunis par les habitants de Tarascon et du Sabarthés pour entrer en composition avec l’évêque de Pamiers et les décimateurs du Sabarthés.

On y rappelle qu’excommuniés pour refus du paiement des dîmes, les paroissiens de l’archiprêtré ont longtemps supporté l’excommunication avant de se soumettre à l’église.

                       ( AD09 - G 68, n° 2 et AD31 - H Malte inventaire 70, f° 53 r° - 53 v°)

 

1322                

25 juillet ,  l’évêque de Pamiers, Jacques Fournier, vient à Tarascon et y célèbre la messe le dimanche après la Sainte-Marie Madeleine dans l’église de Sabart. L’évêque loge chez Arnaud de Niaux qui possède  une maison dans le château de Tarascon.

 

1323              

Une grande disette désole tout le midi de la France.  

                     ( H.G.L, to 4, p.192 )

                       

Le tribunal de l’inquisition siège à Tarascon le 21 et 25 juillet. Les audiences ont lieu dans une maison particulière, celle de Arnaud de Niaux.

 

Vers 1320 - 1323  

Guillaume Bayard, sa femme Lorda et leur fille Matheude étaient détenus par Jacques Fournier pour Hérésie, Guillaume se trouvant au Mur de Carcassonne .

                           ( j. Fournier  pp.295,669,1221 )

 

1318 - 1325     

Du 5 juillet 1318  au  9 octobre 1325 ,   le tribunal de l’Inquisition siégea 3 fois à Tarascon, 3 fois à Ax, 1 fois à Rabat, Sabart et 314 à Pamiers. ( sur 114 prévenus , 92 sont originaires du Sabartés )

 

1324              

Le sénéchal du pays de Foix, Arnaud de Château Verdun, en présence de Bernard Auger de Tarascon,  permet par une charte rendue à Aston, au notaire de Tarascon, Guillaume Tron de s’adjoindre des substituts, afin  de pouvoir officier convenablement.                    

                        ( cartulaire de Miglos, p.12 )

 

1325              

Le Comte  Gaston II, absout les consuls et habitants de Tarascon d’un certain crime dont ils étaient accusées pour raison des limites de la juridiction consulaire, et ordonna que le taillable et consulat de Tarascon, s’étendait ‘’du Pas de Sabart jusqu‘au Pas de Saquany et que aucun n’y pourra vendre du vin forain’’. Ø Acte important qui comporte 92 noms d’habitants de Tarascon ! 

                       (cart. Tarascon  n° 46 et AD.64)

 

Consuls de Tarascon :  Bernardun Augeri, amelius Rubey, Arnaldun Marteni et Guillermun de Podio.

 

Ø liste de 92 noms d’habitants de Tarascon ( AD64 - E 483 )

 

24 Février ,  On brûla à Carcassonne, une femme de Tarascon du nom de Guillemette Tournier, qui condamnée au ’’mur strict’’ avait fait des déclarations imprudentes à un ‘’mouton’’ placé dans la cellule attenante.

 

* Jacques Fournier avait poursuivit les notaires du Sabartés qui étaient très largement compromis en Sabartés, au point qu’il ne restait plus qu’un seul notaire à Tarascon, à l’issue des procédures. Il s’agissait de Guilhaume Tron réhabilité par le dit évêque - inquisiteur.

                         (J.F. To III – pages  378 - 454)

 

11 juin , audience du tribunal d’inquisition dans l’église de Notre-Dame de Sabart

 

1329              

Le lundi de la Sainte Quitterie, au Barry du Bout du pont,    Désignation d’arbitre par le seigneur de Junac et les hommes de la vallée de Sos pur régler le contentieux les opposant en raison du bois de Teilhet.

                      (AD09 - E 95, f° 16 r° - 16 v°)

 

1332              

Lettres de sauvegarde du Sénéchal de Foix, qui maintiennent les consuls de Tarascon en possession de la justice civile et criminelle dans les lieux de la vallée de Cazenave, de Jarnat, de Mercus, de Garrabet et leurs appartenances.

                       (cart. Tarascon, n° 9 )

 

6 des Ides d’août, qui confirme que,  Gaston comte de Foix exempte les consuls, manants et habitants de Tarascon , du droit de  Leude ,Gabelle, Péages et autres droits par toute la comté de Foix, moyennant le payement de 150 livres par les dits consuls au Comte.

Ø acte retenu par Guillaume de Podio, notaire de Tarascon            

                       ( cart. Tarascon,  n°16  et n° 60 ; et cart. Boulb. 258 )

 

14 septembre,  le Comte de Foix fait installer des fourches patibulaires dans la vallée de Cazenave à la demande de Bernard Guillaume de Cazenave. Les consuls de Tarascon font appel en vertu des lettres de sauvegarde qui leur attribuait le droit de haute justice dans cette vallée.

                       ( cart. Boulbonne , n° 32)

 

16 novembre, les consuls de Tarascon sont autorisés à exercer la haute justice  criminelle  dans la commune et à établir des pals aux armes de Foix.

                         ( cart. Tarascon, n° 2 )

  

Ø Ce droit de Haute justice mit le pays en émoi. En effet, le seigneur de Garrabet  éleva aussi des fourches patibulaires (gibet), ceci malgré le privilège exclusif des Consuls de Tarascon. Les habitants de Tarascon arrivèrent en armes au pied du château de Garrabet et renversèrent les fourches et potences , objets de l’émeute.

           

Ø Le seigneur de Garrabet se plaignit devant le châtelain de Montréal de Sos, mais les Consuls de Tarascon appelèrent de la sentence rendue par celui-ci auprès du sénéchal  de Carcassonne.

                       ( cart. Tarascon  n° 116 )

 

1333              

07 Mars,  trois localités, Quié, Banat et Florac étaient exemptes du droit de coupe ou mesurage des blés et grains qu’on vendaient hors du marché de Tarascon.  Elles ne payaient qu’une demi coupe concernant les ventes de grain sur la place de  Tarascon.

Une sentence du juge mage du Comté confirma les privilèges des habitants de ces divers lieux contre le procureur du Comté de Foix qui  prétendait que tout étranger était sujet au payement du dit droit.
                        ( cart. Boulbonne, ADA - E 6  p.231 n°30 )

 

1334               

Jacques Fournier, évêque de Pamiers, ancien moine de Boulbonne, prieur de Fontfroide et ex inquisiteur, est nommé Pape sous le nom de Benoît XII. Il occupera le trône de saint-Pierre de 1334 à 1342.

 

1335              

15 des calendes de Mars, confirmation de l’acte de 1332 concernant l’exemption des droits de Leude, Péages et autre droits n’y subsides ... dans toute la Comté. acte retenu par Guillaume Dupuy, notaire de Foix )

                      ( cart. Tarascon, n° 17 et cart. Boulbonne, p 258 )

 

Cette même année les consuls de Tarascon étaient en querelle contre le juge mage  du Comté concernant un crime commis dans la ville, dont les consuls voulaient appliquer leur souveraine justice. L’avantage resta aux consuls. 

                       ( cart. Tarascon , n° 115 )

 

1336                

Confirmation des privilèges de 1325, par Gaston II.

                       (AD64)

 

2 et 6 des Ides de juin,    Lausine d’un pré situé à Tarascon fait par le Commandeur de Capoulet.

                       ( AD31 - H  Malte, Gabre 6, section ‘’Tarascon’’, pièce n°1 )

 

1337              

Acte écrit en latin sur parchemin qui porte que à la requête  des consuls de  Tarascon, le procureur général du Comté doit rendre des vieux livres qui appartenaient aux consuls , afin de pouvoir s’en servir dans des jugements.

                      ( cart. Tarascon,  n° 113 )

 

Confirmation des privilèges.

 

1342             

Ordonnance du Procureur du Comte de Foix, qui a la supplication des consuls de Tarascon, ordonna que suivant la donation faite par Roger Bernard comte de Foix à Guillaume Andorran, du pont de Tarascon, que le dit pont devait être « condroit » suivant les termes du présent acte.

 

1345              

Gaston III fébus, Comte de Foix, fît un commandement aux consuls de Tarascon, de garder dans l’église Notre Dame ( certainement la Daurade ), un homme qui s’y était réfugiait après avoir commis un homicide  dans la dite ville . Les consuls firent appel de cet ordre auprès du juge mage , promettant obéissance dés que le Comte aurait entendu leurs raisons .

                          ( cart. Tarascon, n°48 )

 

On trouve un Raymond Caza notaire de Tarascon et du comté.

                          ( Cart. Miglos. P.15 et 33 )

 

1346                

La famille Andorrani, qui tenait en fief de Roger Comte de Foix, depuis l’année 1259, les ponts de la ville , fut contrainte à les réparer par ordre des Consuls de Tarascon.

 

09 Septembre, le procureur général du Comté régla par un acte en langue vulgaire (patois), le mode des réparations à effectuer aux deux ponts et aussi, il laissa le soin aux consuls de vérifier les travaux à faire au pont de Sabart.

 

07 Novembre,  autre acte concernant la manière dont les pontonniers doivent tenir le pont d’Alat et le réparer.

                      ( cart. Tarascon, n° 30,  34, 36, 37 )

 

Le jour après la Saint Valentin,    Raimond Caze, notaire de Tarascon et Guillaume d’Arnave, notaire public de Tarascon et de tout le Comté, sont  présents au différent qui oppose les habitants de Miglos et Axiat d’une part, et ceux de Junac au sujet du droit de dépaissance que ces derniers prétendaient avoir sur le territoire de Miglos.

                      ( AD09 -  E 87, f° 14 v° - 16 r° )

 

1347                

On trouve Guillaume de Arnave , notaire de Tarascon et du Comté et, Guillaume du Puy de Tarascon, notaire public du Comté.

                      (AD09 - E 87, f° 15 et 33 )

 

1348                 

Apparition de la peste.

 

1355              

07 janvier, Transaction passée en présence de Sancius Marre et Raimond Caze notaires de Tarascon qui stipule que désormais le minerais de fer de la vallée de Vicdessos pourra être porter au-delà du Pas de Sabart et partout ailleurs dans le Comté.

                      ( AD09 - E 96 n°36 f° 6, n°37 f°2 et n°39 f°9 )  Voir aussi DA SILVA ! ! !

 

22 Janvier, Les habitants de Mérens qui refusaient de payer le droit de pontonage du pont d’Alat, convinrent avec les consuls de Tarascon que à chaque fête de la  Saint - Michel de Septembre, ils payeraient, quatre deniers ‘’bon ‘’ pour chaque habitant ayant une bête a bât et deux deniers ‘’petit’’ pour ceux qui n’ont pas.

                      ( cart. Tarascon, n° 4 )

 

1356                 

Le Lordadais et le village de Vaychis s’abonnent aussi à ce même droit de pontonage.

                      (cart. Tarascon n°84)

 

1360                

27 juillet,  Michel  Duvernis, notaire de Foix retint un acte de protestation de Houdet Mercier, marchant et, représentant la communauté de Tarascon contre le droit de leude de l’Abbé de Foix, pour lequel Tarascon a coutume de payer au dit seigneur Abbé cinq francs d’or.

                      ( cart. Tarascon, n° 72 )

 

1361               

13 juillet, Déclaration de dette de 232 florins, par Bernard de Perles et Pierre Tournier de Tarascon , à Gaston Comte de Foix , à raison de l’arrentement de la Baillie de Tarascon.

                      ( Tour Ronde, p.385 et cart. Boulbonne, 154 )

 

La peste exerce ses ravages dans tout le pays de Foix et surtout dans sa partie montagneuse.

 

1364              

Par lettres patentes, Gaston Fébus, Comte de Foix, exempte la communauté  de Tarascon, du payement de la leude du pont de Foix que prend l’Abbé du dit lieu.

                      ( cart. Tarascon, n°72 )

 

1368               

Bertrand de Verniole, sénéchal du comté de Foix, se transporte à Tarascon pour y connaître des crimes et délits au sujet desquels on avait adjugé des amendes  au Comte.

                     (Cart. Boulb. 252 et  Castillon d’ASPET p. 83 )

 

1370               

Mention d’assises du sénéchal à Tarascon.    

                     ( voir extrait Cl. P )

 

1372               

A Mazères, un hommage est rendu à Gaston Fébus par ‘’Bertrand Mercier de Tarascon’’, pour quelques fiefs nobles qu’il tient dans le Comté.

                     ( AD64 - E 302, f° 27 )

 

1374-1375    

Grande famine dans l’ensemble du Pays de Foix.

 

1377             

Le 20 des nones d’avril, Pierre traversier, notaire de Tarscon et du comté, fournit au comte de Foix, l’extrait d’une charte relative à Miglos, touchant certains privilèges de cette communauté.

                     ( AD09 - E 87, f° 68 )

 

1381             

17 Janvier,  Gaston Fébus, exempte les habitants de Tarascon et de ses dépendances de payer aucun droit de leude, péage ni autre subside dans tout le Comté de Foix.

                     ( cart. Tarascon. n° 19 )

 

1382             

On construisait encore le clocher de l’église Saint-Michel à Tarascon. Il ressort que le 17 janvier , le sieur Michel Bertheu, maçon et charpentier à Tarascon , donne quittance à Raymond Picas et Guillaume Gautier , fabriciens des églises de Tarascon, à Raimon Mathieu leur associé ainsi qu’à la communauté représentée par les consuls Arnaud Périer et Bernard de Nugolh de vingt florins d’or aragonais, en déduction d’une somme plus importante.. et qui lui avait été promise pour la construction du clocher de l’église.

                     ( AD09 - E 357 f°9-10 )

 

1383              

Les consuls donnèrent à nouveau fief, à Guillaume Bayardi, à Pierre et Raymond Marti le pont de la ville, à la charge par eux de le tenir en bon état au moyen des revenus des droits de pontonage. Cet acte est retenu par Guillaume de Labat, notaire de Tarascon et du Comté.

                     ( cart. Tarascon, n°59 )

 

1385              

02 juillet, Censier du Pays de Foix, Tarascon possède approximativement 800 habitants.

                     ( AD64 – E 414 et Barrière Flavy, pp 50-52 )

 

Guillaume de Labbé et Jean Gilabert junior sont tout deux notaires de Tarascon et du Comté.         

                     ( AD09 - E 87, f° 7,21 et 27 )

 

1390            

Dénombrement du Comté de Foix par Gaston Fébus : Tarascon comporte 201 feux ce qui correspondrait à 905  habitants. Voir le rôle des feux qui signale  ente autre : « l’ospitau » l’hôpital  et « l’ospitaliera » l’hospitalière, qui indique que déjà à cette époque cet hôpital était dirigé par une femme sans doute religieuse.

                     (AD64 – E 414 et Barrière Flavy, pp. 50-52)

                  

23 février, Les consuls de Tarascon furent autorisés à placer un bailli  à garrabet , mercus, croquié, Arnave et autres lieux, en continuant  de jouir de la juridiction criminelle dans ces mêmes lieux.

                    ( Cart. Tarascon. n° 1)

 

Consuls : Vital BERNAD, ? ?, Pierre MERCIER et Bernad  DEPONT.

 

L’abbé de Foix avait voulu soumettre les habitants de Tarascon au droit de pontonage sur le pont de Foix : des lettres patentes de Gaston Fébus rétablirent les habitants dans leur privilèges, déjà confirmés en 1364.

                    ( cart. Tarascon, n°72 )

 

1391              

1er août,  Mort de Gaston Fébus à Orthez, à l’âge de 61 ans.. Le Comté échut à Mathieu, son neveu, fils de Roger Bernard II, Comte de Castelbon.

 

14 août,     ‘’ Petrus Mercerii et Bernadus de Sosem, Consules Taraschonis ‘’, agissant en leur nom et au nom des habitants de Tarascon prêtèrent serment de fidélité dans le château de Foix au Comte Mathieu de Foix - Castelbon.

                     ( AD.64 - E 314,  f°6 )

 

15 décembre, Corbeyran de Foix - Rabat, sénéchal  du comte de Foix et Bayle de Foix, de Tarascon, d’Ax et de Vicdessos, étant à ce titre dans son château de Rabat, expédie des lettres patentes aux habitants de Tarascon pour les exempter, au nom de Mathieu, comte de Foix, de certains péages, leudes, gabelles et subsides dans la ville d’AX  et tout le Comté

                    ( cart. Tarascon . n° 49, n° 52 et  DOAT 95 f° 176r – 178 v)

 

Le Comte de Foix, concède aux habitants de Tarascon de pouvoir fabriquer leur draps dans leurs nombreuses fabriques, sans aucune marque, et de les vendre sans numéro partout ou ils voudront.      

                    ( cart. Tarascon. N° 35 )

 

1398              

27 Septembre, Archambaud de Grailly, Comte de Foix, et Isabelle, sa femme, confirment aux villes de leur Comté les privilèges à elles accordées par leur s prédécesseurs et autorisent leurs vassaux à manquer à leurs promesses s’ils ne tiennent pas les leurs.

                   ( cart. Tarascon. n° 54 )

 

Le comte défend aux habitants du Faubourg de Tarascon, de vendre autre chose que de la viande et du fourrage, durant les foires et marchés.

 

On trouve dans les actes  ‘’ Ramundus Augerii ‘’  consul du lieu de Tarascon. 

                  ( AD64 - E 416 )

 

A SUIVRE ...



Remis en forme et corrigé par Robert-Félix Vicente

Partager cet article

Repost 0

commentaires