Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 08:21

Cartulaire-de-Tarascon-par-Deguilhem-et-Prevos-t--1668.JPGLe cartulaire est un recueil de copies de chartes médiévales et/ou modernes : sous la forme d’un codex, ce registre contient donc à la suite des copies d’actes dont les originaux sont souvent aujourd’hui perdus. La valeur de ces recueils est donc essentielle : ce sont là parmi les premières sources des historiens.


Le cartulaire de Tarascon sur Ariège est conservé aux Archives de l'Ariège sous la cote :

1 J 664 n°22 (dans un dossier concernant les titres de proprièté de la forêt de Lujeat).

 

" Inventaire des privilèges, actes et documents qui concernent la communauté et la ville de Tarascon. Suivant la recherche que nous Philippe Deguilhem et François Prébost, cy avons fait comme député par la délibération du conseil de la dite ville du 22 janvier 1668. Et icelles trouvées dans les archives de la dite ville à nous ouvert par les sieurs Mathieu Teynier, Arnaud Verger, Guillaume Bergasse et Jean-Paul Rivière , consuls, Bertrand Mirouze et Jacques Galhy syndics.

Commencé le 24 janvier 1668 ". 

(rappelons, en passant, que François Prévost  fut aussi trésorier du Pays de Foix après Paul Teynier  - 1654- et avait été du reste capitaine de Montgaillard pour le roi sous Louis XIII.)

En 1758, l'abbé Duran, ancien jésuite et conseiller politique de Tarascon, continuera ce long travail d'inventaire et de classement des archives à la demande des consuls. Ce document nous est parvenu sous la cote : AD09 - 135 EDT BB 18.

Vers 1844, Adolphe Garrigou va collationner l'ensemble afin de le restituer dans son précieux ouvrage. Fauré-Lacaussade, en 1954, reprendra les travaux de Garrigou dans son livre.
Enfin, en ce qui nous concerne, nous nous sommes appliqué à vérifier l'ensemble "à la source" pour nourrir nos propos de nombreuses corrections.

Sigles / Abréviations :
AD09    : Archives de l'Ariège
AD31  : Archives de la Haute-Garonne
AD64  : Archives des Basses Pyrénées
Cart de Tarascon : Cartulaire de Tarascon (1 J 664, n°22 , ancien 1J 7/5)
C.B      : Cartulaire de Boulbonne (ADA - E 8)
T.R      : Tour Ronde du château de Foix ( ADA - E 6)
A.N.     : Archives Nationales
H.G.L   : Histoire Générale du Languedoc
DOAT   : Bibliothèque Nationale - Collection DOAT - ADA - 1 MI 4


*******

Entre  1148  et  1188

Octroi des coutumes à Tarascon par le comte Roger Bernard  1er. Concédées à ceux qui viendraient s’installer à demeure et construire au dessous  du Castella...

 

1192               

 4° Férie d’Avril,  Raimond - Roger, Comte de Foix, donne à Eudes, abbé de Boulbonne, une terre située près du château de Tarascon, sur l’Ariège, avec la maison qui est bâtie, achetée par lui de l’abbaye de Grandselve ; il l’exempte de la chevauchée & de l’ost & de tous les autres devoirs seigneuriaux.

 Première mention du château deTarascon

Notaire  Guillaume  Bayard 

( H.G.L To.VIII P.1891 et  Doat vol  83 f° 218 r° -219 v° et  CB 83. 219r )

 

1194              

11 septembre, Bertrand de Tarascon, fils d’Arnalde de Carbonne fit un traité avec Bernard de Taux, fils d’Ermengarde et avec Pierre d’Aura, par lequel ils s’engageaient à se prêter un mutuel secours pour la défense des trois châteaux de Taux, Sanchet et Sanchadel.

(La désignation de ces trois châteaux porte à croire que ce Bertrand, originaire de Tarascon et y appartenant à une famille consulaire ou bourgeoise avait été choisi pour gendre par l’un des seigneurs de ces trois châteaux dans le vicomté de Castelbon.)

( voir  Baudon De Mony ‘’ Relations Politiques des Comtes de Foix avec la Catalogne .page 81 et Cart. Boulb.  pp. 156.)

 

1197              

Une bande de Faux-monnayeurs, dont les chefs étaient Guilhaume Comas, notaire a Vicdessos et Guilhaume Crarato, prêtre et qui s’étaient installées dans la grotte de Sabart, au débouché de la vallée du Vicdessos dans celle de l’Ariège, en un lieu qui garda longtemps une mauvaise réputation et par lequel on créa même une légende d’audacieux brigands, fût livré à Othon juge mage du Comté.   

(cart. Tarascon  n° 74.75.76; cart. Boulb. P.91 et B.M. de Toulouse, Ms 638, F° 91 )

              

Le Pas de Sabart, sur l’Ariège, comme le saut du Teil, sur le Vicdessos, dans la commune de Tarascon, qu’Adolphe Garrigou, rapproche du Malpas (malus passus),que détenait un seigneur - brigand et qui devint ultérieurement le Bon-Pas, aujourd’hui Bompas

(in Etudes historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans  t.1,1846, p.15)

 

 

1198              

Accession au pontificat d’Innocent III un des plus grand pape du moyen âge.

 

1199              

15 mars,  l’abbaye de Boulbonne avait une maison dans le château de Tarascon  qui était exempte de tous droits seigneuriaux, ainsi qu’on peut en juger par une charte consentie par Raymond Roger Comte de Foix en faveur de ce monastère

 ( H.G.L.To VIII p.452 ; To III, preuves 187 et  8° 60  pp. 237-238  )

 

1202              

Raymond Roger, Comte de Foix, depuis longtemps en état de guerre avec le Comte d’Urgel, voulut se donner un allié dans le vicomte Arnaud de Castelbon. Il maria son fils Roger Bernard avec Ermessinde, fille unique d’Arnaud de Castelbon. Le contrat de mariage fut signé à Tarascon le 10 janvier 1202. 

(H.G.L  To III, p. 115 ; marca, Hist. Du Béarn, p.725  et  Cl . Pailhès  pense 1303)

 

Raymond Roger fort de cette alliance, attaque le Comte d’Urgel le 26 février 1203. Battu il resta prisonnier de même que le vicomte de Castelbon, 50 chevaliers du pays et 500 fantassins.

 

1204               

Raimond  Agulher, originaire de Tarascon, Diacre du Sabartés puis évêque cathare du Razés, tenait "maison"  à Tarascon avec son frère Guiraud . Il finira sur le bûcher de Montségur en 1244

 

1206               

Bernard Delpech de Garanou, en sortant de Tarascon, rencontre prés d’un pont les hérétiques Pierre de Corona (il sera diacre de catalogne) et Pons de Belfort.

Important Concile cathare à Mirepoix, ou l’église cathare demanda de réédifier Montségur.

 

1208              

Janvier, assassinat de Pierre de Castelnau, légat du pape Innocent III. Début de la croisade , prêchée par Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux.

 

1209              

 15 Férie de Mai,   Amiel de Pailhes et Arnaud son fils donnent à l’abbaye de Boulbonne, une terre avec une vigne près du ‘’valdus de Palhers’’  à Tarascon.

 ( Doat, vol 83 f° 193 r° - 194 v° ,   voir Cl Pailhes )

 

 Début de la Croisade des Albigeois - Prise de Béziers

 

1210              

Simon de Montfort envahit le Sabartés, surprend le château de Quié et le livre à guillaume d’Aura pour y tenir garnison.

(sa première incursion date d’avril ou mai 1210 pour obtenir la soumission que Raymond  Roger lui refuse à l’entrevue de Pamiers ).

(H.G.L  To III, p. 222 et Pierre de Vaux-Cernay – Hist. Alb. 164)

 

Confirmation des priviléges de la ville. Charte consacrant ses libertés bourgeoises, cette charte  qui a été détruite, est énoncée in   Cartulaire de Tarascon fait en 1668 par Philippe Deguilhem et François Prévost.

(Cart.  Tarascon n° 90).

 

Simon de Montfort à la tête des croisés attaque Raymond Roger Comte de Foix. Celui-ci assiégeait le château de Quié alors occupé et défendu par Guillaume d’Aura.

Quoi qu’il en soit Raymond Roger n’ayant qu’une faible troupe à opposer à Simon de Montfort, lève le siège de Quié si rapidement qu’il abandonne sur place ses machines de guerre et se retire vers la haute montagne.

 Les croisés ravagèrent le pays pendant quelques jours, et détruisirent quatre places fortes que les chroniqueurs ne nomment pas. D’après Cl. P ,aucune attaque sérieuse eut lieu contre les forteresses. 

                                   ( AD09 - 8° 2570,  page 46 )

 

 Simon de Montfort entreprit le siège de Montségur mais échoua dans sa tentative.

 

 1213               

27 janvier, acte de serment au roi de France, qui dénombre 6 grottes fortifiées et 17 châteaux  forts dont celui de Tarascon .  

                                    (voir Duvernoy épopée cathare p. 100, 8° 1650 p.311 et Catel p.276)

 

12 septembre, Simon de Montfort remporte la bataille de Muret. La défaite des méridionaux  sera très lourde avec la mort  de Pierre II roi d’Aragon.

 

1215                

 Le Concile de Latran donne le titre de Comte de Toulouse à Simon de Montfort.

 

1216                

01 juillet, confirmation  par Raimond Roger, des Coutumes de la ville neuve de Tarascon, fondée au XII° siècle par le Comte Roger Bernard I°.   

( H.G.L  To VIII, acte 190-1, Col.; 688-691  - AD09 - 1 J 285 et AD64 : E 483/2  688-691)

 Bernardus Calapi , notaire public de Tarascon et du comté de Foix

 On trouve aussi dans les actes un  Petrus Arnaldus Segarenus , notaire à Tarascon.

 Pierre Roger de Mirepoix, père du défenseur de Montségur et Pons Arnaud de  Châteauverdun (celui qui devait recueillir le trésor de Montségur dan sa spoulga en 1243), sont témoins de  l’octroi des coutumes de Tarascon en juillet.   

                                  (H.G.L  to.VIII . C 691 )

 Prud’hommes en 1216  et consuls en 1266  ont les mêmes  pouvoirs !

        

 06 juillet,  Roger Bernard  comte de Foix exerçait déjà l’autorité comtale dans le pays puisque par une charte du 06 juillet il donna à la communauté de Tarascon un terrain depuis l’endroit appelé le Val de Paliers jusqu’à la vigne de Bernard Lombard, ensemble tout le bois et le chemin dudit terroir sur lequel est le bois de la Besséde .

                                  (cart. Tarascon  n° 67 )

 

1218              

25 juin,  Mort de Simon de Montfort abattu par une pierre de catapulte, au cours du siège de Toulouse.

 

1221               

Raimond Agulher , Diacre cathare  participe à l’entrevue à Mirepoix  entre le vicomte Arnaud de Castelbo, le comte de Pallars -Sobirà et Guilhabert de Castres, l’évêque cathare du Toulousain .

                                   ( Michel Roquebert, l’Epopée Cathare t° 3,1216-1229: le lys et  la croix , 1986 p.232 )

 

1222                

 Roger Bernard  II ( petit fils du Comte fondateur ) confirme les privilèges de Tarascon.

 Pierre de PALERS (Pailhes) de Tarascon donne  aux religieux de Boulbonne une terre  confrontant le ‘’ valdus de palhers ‘’ .

                                  (Doat,  vol 83 f° 194 r° - 196 r° )

 

1223                 

Mort de Raimond Roger, comte de Foix.

 

1224                 

 La bulle du pape Honorius III  relative à l’église de Sabart confirme les biens de l’abbaye de St-Volusien de Foix, parmi ces biens figuraient dans le Haut Sabartès l’église de Sainte-Quitterie du faubourg de Tarascon et elle fait ressortir aussi que « si le pays était frappé d’interdit, l’église de Sabart seule et son village seraient exceptés de la mesure générale ;

-    que le cimetière de Sabart était également affranchi de l’interdit et déclaré libre ; 
-    que le l’église de Sabart était un lieu de refuge et d’asile ».

(Doat 96. F° 267r – 271 r , cart. Boulb. p.12 et Gallia  XIII, instr. ; p.91)

 

1226                

 Ermessinde épouse de Roger Bernard II , hérite du vicomté de Castelbon, le comte de Foix devient un seigneur catalan à part entière.

 

 Le roi louis VIII prend la tête d’une seconde croisade. Il meurt en novembre 1226.

 

1227                

 Le pape , Honorius  III  meurt en mars 1227. Grégoire IX  lui succède et ordonne la continuation de la croisade des Albigeois.

 

1229                

Arnaud de Miglos, chevalier, Bayle de Quié dit avoir vu des parfaits restant publiquement à Tarascon.

 

Septembre, le comte Roger Bernard  II  accepte les propositions du traité de paix de Meaux, il se soumet dans l’église de St-Jean de Verges aux représentants du pape et du roi, il remet le château de Foix , de Montgrenier, lordat et de Montréal de Sos à Blanche de Castille et il gagne Tarascon, résidence comtale, avec Ermessinde.

  

Rattachement du Comté de Toulouse à la couronne de France : traité de Meaux.

 

1230               

Hiver ,  mort de Ermessinde de Castelbon à Tarascon, elle fut inhumée plus tard, au monastère de Costoja.

 

1231               

13 mars,  Tarascon vit le mariage de Roger fils de Roger Bernard  III comte de Foix avec Brunissende  de Cardonne de Béziers .

 

1232                

10 février,  Roger Bernard III, comte de Foix épouse en seconde noces à Tarascon Ermengarde de Narbonne.

                                   ( voir cartulaire de Tarascon  n°    )

 

(Montségur devint le foyer du Catharisme. C’est sur les instances de Guilhabert de Castres que Ramon de Péreille vassal du comte de Foix, recueillit les hérétiques  dans son château de Montségur.)

 

1233                  

Avril,  création et application de l'inquisition.

 

1234                 

Pierre de Gavarret, Bayle de Tarascon se trouve à cette époque à Castelbon en compagnie des réfugiés occitans.

 

1239 (voir 1259)

 

1241                 

 L’inquisiteur, Guilhem Arnaud, interrogea à Tarascon, les trois nobles Arnaud de Miglos,  chevalier, Bayle de Quié ; Pierre de Gavarret (Garrabet), Bayle de Tarascon, et Bernard De Podio (Del Pech), de Garanou

Ø les procès de ces hérétiques furent repris par François Ferrier en 1244, et terminés par Bernard de Caux et Jean de St-Pierre en 1246-1247.

   

Roger Bernard , comte de Foix meurt le 12 avril 1241.

 

1242                 

8 mai, une petite troupe conduite par Pierre-Roger de Mirepoix quitte Montségur pour Avignonet ou ils massacrent les inquisiteurs de Toulouse dont Guilhaume Arnaud, Etienne de St-Thibéry et leur suite.

(Florence Guillot,  To III p.97)

 

1243               

11 décembre, Bernard Bayard, écrivain public et Bayle de Tarascon, est  aussi notaire du comté de Foix pour les actes passés à Tarascon. Tel l’acte de restitution de la ville de Saverdun au comte Roger  Rotfer ( Roger IV ) de Foix par Raymond VII comte de Toulouse. ) 

 (Bernard Bayard est le fils de Pierre de Niaux de Tarascon)

 L’armée royale assiège Montségur depuis mars 1243 le château avait déjà été assiégé sans lendemain en 1241 ou  1242 par Raymond VII de Toulouse.

(Doat, vol 22 , f° 199 v)

 

1244               

13 mars, prise du château de Montségur ( le 16 mars, 200 hommes et femmes périrent dans un immense bûcher collectif ) .

 

 Bernard Bayard, retint l’hommage rendu par Guillaume d’Arnave au Comte de Foix.

(AD09 – 180 EDT AA1)

  

 Pierre de Gavarret, Bayle de Tarascon comparait devant l’inquisiteur Ferrer.

 

 Raymond  Batailla, châtelain de Montréal de Sos (dans la vallée de Vicdessos fait chasser le châtelain de Tarascon et les autres officiers du roi  d’Aragon qui étaient avec lui , ne voulant se dessaisir de son château au profit du-dit roi.

(voir Flo. Guillot, To III p.124)

 

1245                 

 Mi-juin, Bernard BAYARD retient l’acte de donation par Roger Comte de Foix des villes de Prayols, Arignac et Valmajou ( Balmajou ) avec hommes, femmes et enfants à Pierre et Arnaud de Villemur, frères.  

( Tour Ronde ?? et Flo Guillot, To III p.125)

 

 3 juillet, Pierre, archiprêtre de Tarascon est témoin au serment de Roger, Comte de Foix à Jacques , roi d ‘Aragon, pour les terres de Son et Queragut, et ce qu’il possède en Donezan.
(Doat, vol 170, f° 301 r – 303 v)

 

1246                  

8 octobre, Pierre de Gavarret, Bayle comtal de Tarascon comparait devant l’inquisiteur Bernard de Caux .

 

1247                 

5 mai Raimond et Pierre Sanche ( Sans ) de Rabat consentent à la démolition du château de Miramont, dans le Sabarthés; ce château qui était sous leur dépendance avait été le lieu d’asile de Guilhabert de Castres.

 

Bernard Bayard  est témoin en tant que notaire d’un acte concernant l’abbaye de Boulbonne.            

(cart. Boulbonne  84 . 176 r° )

 

1258                 

oger IV comte de Foix donne à la ville de Tarascon le droit de leude sur le marché et sur le mesurage  des grains et vins ; et l’autorise à avoir des poids et mesures.   

(cart. Taras n° 25 )

 

1259 (voir 1239)                

Le comte de Foix donna le pont de la ville de Tarascon en fief à un tenancier du nom de Guillhaume Andorrani  d’Ax et à ses successeurs

                       

L’on précisa aussi le droit de péage dit de ‘’pontonage ‘’ sur les lieux voisins assujettis a ce paiement, soit pour le passage du grand pont de ville  ou soit pour celui du pont d’Alat vers la route d’Ax.

Ø Le procureur général du comte de Foix ordonna la manière d’entretenir le pont d’Alat  aux consuls de Tarascon et au pontanier du dit pont.

Première mention des Consuls de tarascon.

(cart. Tarascon  n° 22 , n° 30 et n° 122)

 

1260                 

Les droits de péage de ces deux ponts furent rendus ou donnés aux consuls de Tarascon.   Ø les droits et privilèges de la ville furent re-confirmés.

(cart. Tarascon n° 21 et 90 )

 

1261                 

 28 juillet, reconnaissance et hommage rendu par Raimond d’Amenac  à Raimond Caze, Bayle  et notaire de Tarascon, pour et au nom de Roger comte de Foix, vicomte de Castelbon de tout ce qu’il possède dans le village de ‘’Gaudur ‘’  (Soudour ?).

 Le dit Caze se réservant les droits et domaines pour le dit comte.

( Tour Ronde XXVIII ,33  pag. 385  et AD09 - E 392, f°308 v° )

 

 Le comte de Foix cédant à une volonté supérieure, ordonna au Bayle et aux consuls de Tarascon de sévir contre toute personne soupçonnée d’hérésie.      
( H.G.L,  to III,  preuve 551 et cart. Boulb. p.142 )

 

1262               

10 des Calendes de juin, Roger Rofter IV, Comte de Foix, donne à l’abbaye de Boulbonne  une rente de 200 sous toulsas de revenu annuel qu’il lui assigna sur les revenus de Saurat et les leudes de Tarascon pour la dotation d’une chapelle qu’il devait fonder à Boulbonne et où il devait faire transporter les corps des comtes de Foix ses prédécesseurs.

(Doat,  vol 85 f° 25 r – 30 v  et  H.G.L- édition 1872,  vol VIII, preuves n° CLV , CC1480 . 1481, p. 1910 )

 

1265               

Fin de février,  Roger Bernard III, succède à son père Roger IV à la tête du comté.

 

1266              

8 avril, re-confirmation des privilèges de la ville de Tarascon. En présence de Arnaldus Cicreda (arnaud Sicre) notaire public du Sabarthés et futur châtelain de Tarascon et des quatres consuls de tarascon.

 Poncio Cicreda, Bernard Coch, Bertrando Mercerii et Ramundo Martini

(AD09 - 1 J 285 et HGL, VIII, acte 190. col 691-2, tX, colonnes 93,364 et 564)

 

1269              

2 novembre, les ossements d’Ermessinde comtesse de Foix (morte en 1230) et d Arnaud de Castelbon, son père, furent exhumés, de l’église Sainte Marie de Costoja, brûlés et dispersés. Car condamnées comme protecteurs d’hérétiques et fauteurs d’hérésie.

 

1272              

7 Férie de Mars, charte de Roger Bernard III, concernant les privilèges de la vallée de Vicdessos. Signalons, en outre que cette charte renferme des privilèges de juridiction et la dispense de tout droit de péage pour les marchandises allant de la vallée à Tarascon.

                        Ø acte retenue par Guillaume Bayard, notaire du Sabarthés

( H.G.L  To X, pag.  91 et AD09 - E 95, F° 57 r° et E 96 pièce 33 et AD09 -1 C 163, f° 106-115)

 

Acte de Dénombrement du Haut Sabartés, enquête sur les limites du Comté. On trouve comme témoins Bernard Coch, Guillaume De Rodes, Pierre de Gavarret, Bertrand de  Niaux, Pierre de Marssan, Bertrand Mercier, tous de Tarascon.

( H.G.L, To IV preuves 49, To X, acte 5,col. 88 - 93 – B.N., ms Lat.9187, f°72 et Arch. Nat.  H1  721  et A.D.A  1 mi 2 R 61 )

Ø Siège du château de Foix par Philippe  III le Hardi, Roi de France.

 

Depuis le 5 juin , le comte Roger Bernard III est prisonnier de Philippe le Hardi, roi de France, dans une tour de la cité de Carcassonne, pour s’être insurgé et battu contre le roi.

 

 1er août, le château de Tarascon faisaient partie des possessions du comte qui furent données en gage au roi Philippe le Hardi

( H.G.L  to X col 92 acte 5, pag. 105-106 et BN, ms lat. 9187 f°72)

 

 Pierre Autier, notaire  public d’Ax et de Lordat, tente de prouver que les châteaux du Sabartés relevaient bien de la couronne d’Aragon , face au roi de France, Philippe  le Hardi.

å il s’agissait d’inquiéter Philippe le Hardi sur cette frontière lointaine, et de l’amener à rendre liberté au jeune comte de Foix  Roger Bernard III, manoeuvre qui réussira parfaitement.

( Baudon de Mony  to II p. 149 )

 

 7 juillet , Enquête de Philippe, roi de France, sur la composition et limites du haut comté de Foix Pierre de Gavarret,  châtelain de Tarascon, signa cet acte en tant qu’arbitre pour le comte. Témoin, Bertrand Mercier, ancien consul.

(AD09 – 1 J 90 ; AD64 – E 398 ; HGL To X , acte 5, col 88-93 et BN. Ms lat.9187 f° 72)

 

28 juillet , Arnaud d’Espagne fit hommage du château de Quié au roi d’Aragon, qui avait donné le commandement des châteaux du haut pays de Foix à Raymond de Cardonne. Le roi d’Aragon conserva le pouvoir sur ces châteaux (Calamès, Lordat, Montréal de Sos, Quié ), jusqu’au 8 février 1273, époque à laquelle il en fit la remise au sénéchal de Carcassonne qui les donna lui - même à Brunissende de Cardonne, comtesse douairière de Foix.

 

 1er août, à la Saint-Pierre , Raymond Batailla, châtelain de Montréal de Sos fait chasser du pied du château de Montréal, le châtelain de Tarascon et les serviteurs du Roi qui étaient avec lui et les a fait poursuivre l’espace d’une lieu à coup de pierres et de scories de fer.

 Le châtelain de Tarascon était mandaté pour faire restituer le château de Montréal de Sos au nom du Roi et recevoir le serment de fidélité.

( H.G.L, To X, preuves pages 102 - 103 )

 

1273               

 Fin de l’année remise en liberté du comte de Foix.

 

1275                

6 mai, Pierre Autier, notaire juré,  reçut à la place de son beau frère Guilhaume de Rodès, notaire de Tarascon, qui y souscrivit, l’acte par lequel les habitants de l’Andorre donnèrent au comte de Foix le droit de justice dans la vallée en contrepartie de l’abandon d’un droit d’adultère qu’il percevait sur eux.

( Baudon de Mony  to II p. 154 et  A.N - J 879, n° 73 )

                       

 Le comte Roger Bernard récupère ses domaines confisqués par Philippe le hardy.

 

1282                

Mercredi, après la Saint-Barthélemy, les consuls de Tarascon étaient en querelle avec le chapelain au sujet des honoraires dus à ce membre de l’église, pour les mariages et les funérailles. Une transaction eut lieu et de laquelle il résulte que le chapelain aurait droit, pour les funérailles à trois sous toulzas par chaque enlèvement de corps, ou bien qu’à son choix la robe du défunt lui serait adjugée. Le défunt était censé pauvre s’il léguait moins de vingt sous toulsas.

                       

Quant aux mariages, la taxe fut de douze deniers , à moins qu’il n’aimât mieux prendre place au repas de noces ou sa part du repas.

( cart. Taras  n° 55  ,  Doat.  vol 95 f° 173 r° - 175 v° et AD09 - 1 Mi 4 R 10)

                       

Ø Acte retenu par Guillaume de Rodes le vieux qui décède peu après en 1282, et c’est son fils aussi appelé Guillaume qui devient notaire. 

                     

 Consuls de Tarascon :  Guillaume de Rodes (jeune), Pierre de Niaux,   Guillaume  Bayard et Roger Alatini.

 

1283                 

 Les consuls dans l’intérêt de la communauté, afferment le pont de la ville à Pierre et Raymond Marty .  

(cart. Taras  n° 81 )

 

1284                

9 Janvier , acte de vente entre Guilhelmus de Narbona de Tarascon, textor, vendeur et, Ramon Dezem de Unato  et Fauressa sa sœur, qui décrit la maison achetée à Unac.                      

Ø le vendeur est tisserand de Tarascon

( AD31 - H fond Malte, Gabre n° 70, liasse 2 )

                        

 Pierre de Gavarret, châtelain de Tarascon est témoin d’un acte concernant Lézat.

( voir cart. Lézat  n° 221 )

 

                         

Guilhaume Bayard  ( fils de Bernard Bayard ) , notaire public du Sabartés dresse l’acte par lequel le comte de Foix accorde une faculté d’acquisition et d’amortissement à la maison des moniales de Valnègre, dépendant de Boulbonne.

(cart. Boulbonne  85. 165 v° )

 

Ø Ce ‘’ noble ‘’ personnage  allait devenir,  châtelain de Tarascon, juge du Sabartés et régent officieux du comté à la mort de Roger Bernard III en 1302, et être largement dénoncé devant l’inquisiteur  Jacques Fournier.

 

1286                 

0 septembre, mercredi de la Saint-Michel, Roger Bernard III, comte de Foix , fait savoir à son Viguier d’Andorre et à tous ses autres officiers, qu’il affranchit tous les habitants de la ville de Tarascon des droits de leude, gabelle et péage par toute la comté de Foix.

(cart. Taras  n° 60 )

 

1290                  

Roger Bernard III , réunit le comté de Foix au vicomté de Béarn.

 

1292                

12 mars , la communauté de Tarascon se refusait aux ordres du sénéchal de Carcassonne, ainsi que  les consuls et syndics des autres communautés de Foix, Ax, Molandier, Le Fossat, Mazeres.., à ce qu’on fît le ‘’dénombrement des feux’’ du comté . Se basant sur ce que le pays ne devait au roi ni le service militaire ni aucun subside de guerre.

(cart. Boulbonne,p.146 )

                        Ø  C’est ainsi que procédait la commune dans le maintient de ses franchises et libertés !!

 

1295                 

Des faux monnayeurs arrêtés dans le consulat de Tarascon comparaissent devant la cour de justice du comte Roger Bernard. 

(H.G.L , t° 4, p.109 )

 

 Le pape Boniface VIII , crée l’évêché de Pamiers au bénéfice de Bernard Saisset, abbé du lieu.

                        Ø à la même époque le comte de Foix part s’installer en Béarn.

 

1296               

Pierre Autier, descendit son bétail aux foires de la Saint Michel à Tarascon, le vendit et il quitta le Sabarthés pour la Lombardie à la St- Martin 1296.

 

1297               

Le Bayle de Tarascon prétendait faire payer ‘’coupage et mesurage’’  sur le marché de la ville , aux habitants d’Ussat, a quoi s’opposèrent les consuls de Tarascon par devant le juge ordinaire de Foix, requérant que les habitants du dit Ussat étant des dépendances de Tarascon, il leur devait être permis de porter leurs blés dans la dite ville sans payer aucun coupage.

 

 Ø Cette opposition donna lieu à un procès, et comme le juge ordinaire de Foix refusa d’en « connaître », la cause fut portée devant le juge d’appeaux.

(cart. Taras  n° 43 )

              

 Procédure menée par la cour comtale contre le notaire, un prêtre et deux habitants de Vicdessos qui avaient fabriqué de la fausse monnaie dans la grotte de Sabart.

 voir 1197  !!  d’après Cl P 1297 et Tour Ronde VII, 1

 

1298                

Un grave différent divisait les habitants de Miglos et ceux de Gesties, au sujet du droit de dé paissance. L’affaire fut portée devant le juge du comté , Jacques Senheriis  qui se trouvant absent avait délégué son lieutenant Guilhaume Bayard,  notaire de Tarascon.

                       

 Pierre de Miglos, témoin dans le différent sus dit, se rendit devant le juge pour soutenir les justes revendications des habitants de sa terre. Il avait avec lui pour fidéjusseurs, Raimond Fabre, notaire de Tarascon et Philippe de Larnat ( fils de Sibille de Larnat, soeur de Lorda épouse de Guilhaume Bayard ).

(AD09 - E 87 , cart. de Miglos, f°.44-50)

 

Ø il est a noter qu’une fille de Guilhaume Bayard sera mariée à un Pierre de Miglos après annulation d’un premier mariage avec le damoiseau Raimon-Arnaud de Château Verdun .

 

 Le samedi avant les rameaux, Pierre de Miglos fit intervenir devant le juge Guillaume Bayard,  Pierre Montanier, châtelain de Tarascon, qui s’était adjoint a cet effet Pons Mercier, notaire de Tarascon.

                        Ø Acte retenu par Arnaud Cicredi, notaire du Sabarthés en présence de Pierre de Niaux de Tarascon.

(AD09 - E 87, cart. de Miglos,  f° 44 r° - 48 v° )

 

1299                 

 17 janvier, d’après un titre donné à l’abbé de Foix par la Gaule chrétienne, on peut conjecturer que Tarascon était à cette époque le siège de l’archiprêtré du Sabartés. Cet abbé nommé Gaudfred de Crudilis, archidiacre ‘’Tranconensis et Savartesis’’, traite avec les ouvriers pour la construction du pont de Foix.

( voir A. Garrigou in’’ études historiques sur l’ancien pays de Foix’’ p. 206 et Gall. Christ.,t° 13,p 182 )

 

Janvier, les consuls de Tarascon arrêtent trois faussaires  ( Pierre Ruppe, Pierre Isarn, Jean Serene ) qui avaient opéré dans la grotte de Lombrives.

(AD09 - E 8,  cart. Boulb. p.144 ; AD09 - E 6, Tour Ronde  VIII, 11 et  HGL, To X n° 103, coll. 362 et sq)

 

 28 avril,  le juge  Bernard Bayard, prononça une sentence arbitrale, dans une affaire entre les habitants de Miglos et ceux de Gesties, en présence de Bernard de Junac, Bernard de Niaux et Pierre de Niaux de Tarascon .

                        Ø C’est Arnaud Cicredi, notaire du Sabartés qui retint l’acte.

(AD09 – E 87, cart. de Miglos, f° 49r – 49v)

 

A la Noël , retour de Lombardie d’une poignée de parfaits, les Frères Autier  s’installent en Sabartés.

     

1300                 

Concession faite par Roger Bernard III, comte de Foix, aux consuls et habitants de Tarascon que le faubourg «  qui est au delà du pont de Tarascon sera de la communauté et du taillable de Tarascon, et les habitants depuis le pont de Sabart ‘’usque ad corbésian’’ », en sorte que les consuls de Tarascon puissent faire imposer les mêmes peines que dans la ville et que néanmoins les habitants du dit faubourg dans les limites susdites restassent sous la juridiction du Bayle de Quié. 

(cart. Tarascon n° 23, Tour Ronde XXVIII, 34 , cart. Boulbonne p.76  et BM Toulouse, ms 638, f° 76)

  

Le comte  donna aussi en fief le champ de la foire aux consuls de Tarascon.

(cart. Taras n° 22 bis )

 

                       4 des Ides de Janvier, Guillaume Bayard, notaire public du Sabartés, prend note de convention entre la fabrique et le prieur de Miglos concernant ; l’attribution et l’emploi des dîmes, la gestion et la nomination des fabriciens.

( AD09 - E 87, cart. de Miglos, f° 20r° - 20 v° )

 

 Recrudescence de l’hérésie depuis le retour des Autier de Lombardie;

 Vers 1300,  un habitant d’Ax, Guilhaume Andorran ( ancien pontonnier du pont de Tarascon 1259 ), lit sur un banc au soleil un livre débutant par l’évangile de Saint-Jean, dans lequel on reconnaît un livre cathare.

 

 Dés 1300 , à Larnat,  les frères Autier ordonnèrent parfait cathare, Pons Baille, (fils du notaire Arnaud Sicre de Tarascon), qui portait le nom de sa mère Sibille d’en Baille d’Ax, il devait finir sur le bûcher.

 

 Avant la Pentecôte 1300 , le notaire Guillaume de Rodes de Tarascon, apprit par son frère Raimond qui était prêtre prêcheur au couvent de Pamiers, qu’un Béguin du nom de Guillaume Déjean se préparait à faire capturer les frères Autier (oncles de Guillaume de Rodes)

                        ØG. De Rodes avertit ses amis de Larnat qui arrêtèrent le béguin et après l’avoir interrogé, le jetèrent dans un gouffre profond.

 

 7 mars, acte touchant le droit de haute justice, possédé par le Comte de Foix sur les faux monnayeurs.

(DOAT, vol 177, f°63 et preuves To X, acte 103, pp. 362-365)

 

 Arnaud de Miramont, seigneur d’Auterive, rend hommage au Comte de Foix, pour diverses terres en Sabartés et en particulier pour le lieu de Lugeat. Il mourut « ab intestat », circonstance qui détermine le retour de tous les fiefs de cet Arnaud au Comte de Foix.

 

Remis en forme et corrigé par Robert-Félix Vicente 

Partager cet article

Repost 0

commentaires